Micro algue sous surveillance

Depuis 48 heures, les différentes communes de la côte basque ont été informées de la présence d’une micro-algue (une variété d’OSTREOPSIS) pouvant provoquer des troubles de santé et des réactions cutanées.

Immédiatement, toute la chaîne scientifique et de santé publique a été saisie. Selon, l’agence régionale de santé (ARS) s’il y a bien des signalements de problèmes de santé (toux, maux de gorge par exemple), ceux-ci s’avèrent peu inquiétants et ne présentent pas de risques majeurs en l’état actuel des eaux de baignade.

Sur Hendaye, contrairement à ce qui a été observé plus au nord, les signalements ont été très rares au regard de la fréquentation de la plage et ont donc conduit au maintien de l’ouverture à la baignade. Cependant, une vigilance collective est indispensable et l’ARS va coordonner les remontées d’informations auprès de l’ensemble des professionnels de santé.

Consultez le communiqué de l’ARS

Conseils de prévention

Les baigneurs, promeneurs, riverains ou professionnels exposés à ces algues (inhalation, embruns, contacts) peuvent ressentir des symptômes grippaux ou cutanés : toux, mal de gorge, nez et yeux qui coulent, maux de tête, fièvre, gêne respiratoire, rougeurs sur la peau, nausées. Ces symptômes peuvent apparaître entre 15 min et 48 H après l’exposition et diminuent habituellement sous 24/48 H.

Si vous remarquez l’apparition de symptômes et/ou d’un goût métallique de l’eau :

  • sortez de l’eau et quittez la plage et ses abords.
  • ne consommez pas de produits de la mer (mollusques, crustacées, poissons…) provenant de cette zone.

En cas de symptômes, consultez votre médecin en évoquant la présence de la micro-algue. En cas d’urgence, contactez le 15.
Si vous souffrez d’une affection respiratoire, soyez particulièrement vigilant (risque d’aggravation des symptômes).

Fiche de signalement (pdf - 189,47 KB - nouvelle fenêtre) de symptômes après exposition potentielle à transmettre à l’ARS.

+ d’info sur www.nouvelle-aquitaine.ars.sante.fr/microalgue-ostreopsis-risques-et-recommandations

Navigation de l’article